Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA PETITE BALADE DU GRAND MACABRE

Publié le par éric poirier

Et voilà que voilà un virus. Pas russe, un peu rustre mais bon.

On fait avec.

Si on survit. Ce qui est pour l'instant mon cas.

Je profite de mes instants libres, puisque pas encore enseveli sous des poignées de terre - je sais, je crois savoir que cela ne se fait que dans les films, mais c'est une image, de mes instants de libres disé-je avant de m'interrompre avec des incises aussi sottes que grenues, pour faire des spectacles.

Que je ne peux pas encore jouer puisque interdits par des gestes barrières...

J'ai pourtant évoqué la possibilité de mettre des masques sur mes figurines... les forcer à éternuer dans leurs coudes (le droite ou le gauche, peu me chaut).

Donc, il m'est revenu le texte qui me trotte dans la tête depuis moults années, un texte joyeux de Michel de Ghelderode intitulé: "La Balade du Grand Macabre".

Texte joyeux parlant de l'arrivée de la Mort en la personne de Nekrozotar qui vient tuder, éradiquer les vivants de Breugellande. Le parallèle avec sa Majesté Covid19 étant évidente, je me devais de le monter.

Pas le virus, le texte. Dont actes. Trois.

Adaptation pour théâtre de papier, petite forme donc petite balade.

Petite balade pour un grand destin. Destin de cette principauté où règne le Prince Micron, aidé de ses fidèles ministres Castagne et Bouzin.

Une farce. Où le Porprenaz, grand gustateur de houblon de Breugellande arrivera, ou pas?, aura son mot à dire... ou son rot à faire... ou le monde à sauver... au choix.

 

J'avais donc commencé à graver la façade du castelet (théâtre pour les néophytes), les décors, les personnages, voir photo précédente, quand Y.A.Gil, éditeur de Venus d'Ailleurs et dessinateur de son état m'a proposé de dessiner le spectacle.

Ce qui fut accepté sans réserve mais avec enthousiasme.

Par exemple quelques personnages et décors... ci dessous:

Bref, le texte de l'adaptation est quasi fini. Les personnages, découpés, décors collés, l'électricité branchée...

Ne reste que le moment attendu de la rencontre avec le public...

à suivre...

Commenter cet article